aliceetlemedaillondorAlice, tome 13 : Alice et le médaillon d’or

Auteur : Caroline Quine (Etats-Unis)
Illustration couverture : –
Titre original : The clue of the broken locket (H.S. Adams, 1965 pour l’édition révisée)
Traduction :
Editeur : Hachette (1961)
Collection : Bibliothèque verte

182 pages

Genre : Aventure, Jeunesse

Quatrième de couverture

Une rivière en crue, les tristes murs d’un orphelinat, une villa d’un luxe tapageur sont les principaux décors d’une intrigue palpitante où le sort de deux petites filles abandonnées dépend d’un mystérieux médaillon brisé.
Alice, une fois encore, va s’efforcer de rendre le bonheur à ceux qui le méritent en mettant à leur service toute son intelligence, sa perspicacité et sa générosité.
Une chanteuse célèbre, désinvolte et cupide, projette un plan malfaisant pour accroître sa renommée. Heureusement, Alice est là !

L’histoire par moi contée…

Entre courrier étrange et coup de téléphone anonyme, une chose est certaine : les jumelles ne doivent surtout pas être adoptée par le couple de comédiens. Mais c’est trop tard, les papiers sont signés et les fillettes conduites dans leur nouvelle maison ou la vie ne sera pas plus simple entre une nurse incompétente et des parents qui voient d’abord en elles une façon d’avoir du succès, de gagner de l’argent. Heureusement, Alice et ses amis veillent.

Mon avis

Quand j’étais jeune adolescente, je dévorais les aventures des Six Compagnons de la Croix-Rousse. J’appréciais aussi les Langelot. Un peu moins les Michel. Et je n’aimais pas du tout les Alice. A peu près 25 ans plus tard, je me suis demandée pourquoi, j’ai donc acheter deux tomes dans une vente de livres d’occasion, dans un paquet contenant surtout des tomes des 6Compagnons.

J’ai lu… et sans aucun doute, je sais pourquoi je n’aimais pas. Je n’ai pas plus apprécié aujourd’hui. Là où les Compagnons ont des vies simples, sont adolescents et vivent des aventures,… Alice est une super jolie, très intelligente, avec un père avocat et une gentille bonne qui l’aime tant. Et des amies cousines super trop bien, toujours prêtes à la suivre… j’ai eu surtout l’impression que les pauvres n’avaient pas de vie en dehors du partage de celle d’Alice. Vous l’avez compris, j’ai trouvé ça gnangnan au possible. Et coté aventure, rien de plu qu’un coup de téléphone en cachette et des vêtements de bébé caché sous son béret. Certains me diront que c’est plus un livre d’enquête que d’aventures… mais même là, tout est trop facile. Il suffit de poser les questions pour avoir les réponses. Et si la réponse n’arrive pas de suite, on lui dit qui aller voir ou quoi chercher exactement. Bref, autant les Compagnons se démènent, autant pour Alice tout me semble bien trop facile pour que ce soit intéressant.

Je voulais citer un extrait montrant à quel point le tout est niais, voir niaiseux, mais je n’ai plus le tome sous la main. Ce sera pour la prochaine (et dernière) fiche sur un Alice. Parce que j’ai tenté d’en lire un plus récent (et je spoile : je n’ai pas trouvé ça mieux).

En faisant des recherches pour la fiche du livre, je me suis aussi rendue compte que Alice Roy (en français) s’appelle Nancy Drew en anglais. Je ne vois pas trop l’intérêt de ce changement de nom. De même, Caroline Queen – Carolyn Keene en anglais –  a écrit une nouvelle version de ce roman en 1965. La première version a été éditée dans les années 30. Au final, je me demande si cette version des années 30 ne serait pas plus à mon goût. Le tout est de la trouver, ce qui ne me semble pas chose aisée.

Pour conclure, je n’ai pas du tout aimé, et si vous voulez lire du vieux jeunesse, jetez vous sur les Compagnons, ou même sur le Club des cinq. C’est autrement plus palpitant.

 

Challenges

mystere-mini projet52-mini petitbac-mini- aufildessaisonsetdespages-mini
 Mystère 2016
chez Frogzine
Projet 52 2016
sur Livraddict
Petit Bac 2016
chez Enna
Au fil des saison
et des pages

Les commentaires sont fermés.