tempsdechienpourlesrequinsTemps de chiens pour les requins

Auteur : Morris Gleitzman (Angleterre)
Illustration : 2 oeufs bacon p’tites patates
Titre original : Too small to fail (Pengouin Group, 2011)
Traduction : Valérie le Plouhinec
Editeur : Les Grandes Pesonnes (2013)

222 pages

Genre : Aventure, Historique, Jeunesse

Quatrième de couverture

L’histoire semble-t-il banale d’Oliver, dix ans, dont le rêve est d’avoir un chien. Mais voilà, la vie d’Oliver est loin d’être banale: ses parents, propriétaires d’une grande banque, sont immensément riches, et ne veulent pas d’un cabot sur leurs tapis d’orient.
Alors lorsque son ancienne gouvernante kidnappe et menace d’exécuter le chien de ses rêves s’il ne récupère pas 11 000 dollars dans la semaine – la somme qu’elle aurait perdue sur les mauvais conseils de ses parents -, Oliver décide de relever le défi et de mettre en pratique ses modestes connaissances financières pour réparer cette injustice. Malheureusement, les choses deviennent bientôt incontrôlables…
S’ensuit une aventure loufoque et tendre où se croiseront seize dromadaires, un trader de cour de récréation très mauvais en mathématiques, et des requins…de la finance.
Un roman à la hauteur d’enfant traitant avec humour et pédagogie des dérives du système bancaire!

L’histoire par moi contée…

Oliver, enfant dont les parents sont très riches, s’est pris d’affection pour un chiot chez un marchand d’animaux, mais voila qu’une de ses anciennes gouvernante se l’approprie et menace de le tuer si elle ne récupère pas l’argent que les parents d’Oliver lui ont fait perdre. Entre tentatives ratées pour gagner de l’argent à la cour de récré, des parents trop occupés pour l’écouter et une ancienne gouvernante aux abois, sa fille en colère contre Oliver, des dromadaires qui vont mourir de soif et le chiot, Oliver a un peu de mal à trouver la bonne idée qui pourrait sauver tout le monde.

Mon avis

Le quatrième de couverture est vendeur ! La crise bancaire à hauteur d’enfant… ça me tentait vraiment. Sauf qu’au final, j’ai été très déçue. On survole à peine quelques termes, et je ne sais pas si les lecteurs cibles comprendront réellement ce dont il s’agit. La crise bancaire ne m’a paru au final qu’un prétexte maladroitement amené pour nous faire part d’une grosse farce que j’ai peu apprécier.

Ca se mélange dans tous les sens, les nouveaux éléments arrivent un peu n’importe comment dans l’histoire, les réactions d’Oliver m’ont parfois semblé étrangement matures pour son âge, d’autres fois plutôt puériles.

J’ai eu l’impression qu’on avait tenté de coller plusieurs bonnes idées avec une histoire d’actualité, en se voulant drôle (sans vraiment réussir à l’être), en tentant d’expliquer des choses sans réellement y parvenir. J’ai donc trouvé que les ingrédients y étaient, mais le liant lui, n’était pas assez puissant pour donner quelque chose qui me convainque.

 

Challenges

mystere-mini emprunts2016-mini
Mystère 2016
<250pages
Emprunts 2016
50romansen2016-mini en2016jecomptemespages-mini milleborneslivresque-mini
50 romans en 2016 En 2016 je
compte mes pages
1000 bornes livresque
lesirreguliersdebakerstreet-mini animauxdumonde-mini
Dungeon Book Monster
S4 – 242PV
Les irréguliers
de Baker Street
Animaux du monde

Les commentaires sont fermés.